Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de l'A.P.B.A. (Association Paléontologique du Bassin Aquitain)
  • Le blog de l'A.P.B.A. (Association Paléontologique du Bassin Aquitain)
  • : Voici la présentation de l'A.P.B.A. (Association Paléontologique du Bassin Aquitain) et de ses activités.
  • Contact

Association reconnue d'interêt général

Recherche

Nous contacter

Pour tout renseignement : apbafossil@yahoo.fr
5 mars 2008 3 05 /03 /mars /2008 17:32
Classe : Elasmobranches     
Sous-classe : Sélaciens        
Ordre : Carcharhiniformes  
Famille : Carcharhinidae     
Genre : Galeocerdo Müller et Henle, 1837   
Espèce : aduncus Agassiz, 1843
 
Représentant actuel : Galeocerdo cuvieri  (Peron, Lesueur, 1822) = requin tigre

undefined
(Photo tirée du site : http://www.lareserva.com/home/tiburon_tigre)
 
Description générale
Présent depuis l’Eocène, le Galeocerdo aduncus (aduncus signifiant crochet recourbé) effrayait les autres poissons de par sa silhouette à la fois massive et profilée. D’une taille pouvant atteindre six mètres de long, le requin tigre possédait un museau court et arrondi souligné par de longs sillons nasaux oraux. Les nageoires pectorales triangulaires étaient fortement dimensionnées de même que la première dorsale. La seconde nageoire dorsale était opposée à la nageoire anale. La caudale possédait un lobe inférieur sensiblement plus court que la partie supérieure. Il possédait 5 fentes brachiales (caractéristiques des nouveaux genres de requins).
Le Galeocerdo aduncus était présent dans les mers tropicales, voire tempérées chaudes. Pouvant aller jusqu’à cent cinquante mètres de profondeur, ce requin fréquentait aussi bien les eaux tranquilles des lagons que les abords des récifs battus par les vagues ou les eaux turbides des estuaires.
D’habitude solitaire, il pouvait néanmoins vivre en petit groupe d’une demi-douzaine d’individus.
Le Galeocerdo était le seul genre ovovivipare de la famille des Carcharhinidés, c'est-à-dire qu’il se reproduisait par des œufs mais les conservait dans les voies génitales jusqu’à leur éclosion (l’embryon se développait uniquement avec les réserves accumulées dans l’œuf). La maturité sexuelle intervenait entre sept et dix ans. Après une gestation de douze mois environ, la femelle donnait naissance à une portée de dix à quatre-vingts petits de soixante-quinze centimètres de long environ.
Ce requin se nourrissait pratiquement de tout ce qui était à portée de mâchoire et était aussi charognard.
Description de la dentition
 Galeocerdo-copie-1.jpg
Galeocerdo aduncus
Burdigalien (Martillac)
Hauteur : 12 mm

 
Les dents du Galeocerdo aduncus sont identiques sur les deux mâchoires. Elles sont formées d’une cuspide principale finement dentelée recourbée vers l’arrière et d’une lame plus sommairement dentelée.
Les dents symphisaires ont une pointe plus redressée et un tranchant sans denticule.
Les dents mises au jour sont en général en très bon état de conservation. De nombreuses parties du monde ont donné de très beaux spécimens (gisements des Etats-Unis, Grande-Bretagne) et en France également où de nombreux gisements ont permis de mettre au jour de très belles dents, notamment dans les niveaux Burdigalien du Bordelais (Martillac, Léognan, Cestas).
 
                                                                                              Olivier NAULEAU

Partager cet article

Repost 0
Published by A.P.B.A - dans Fossiles